Accueil  > santé > Santé psychologique > Psychogénéalogie > Limites Défenses Dévaluations

Limites Défenses Dévaluations


MentalIdées folles, non pouvoir de l'esprit
ÉmotionnelRancune, non au sublime
SexuelRefoulement, non à créer
CorporelLimite à l'action, rigidité
SpatialSe limiter, non à l'infini
TemporelÉcourter, non à l'éternité
ConscienceSuperficialité, non à la totalité
VieHabitudes, non au changement
DivinitéManque de foi, non aux miracles
Moi-EgoPossession, territoire, non à l'impersonnel


L'enfant traumatisé est coupé de lui-même, il ne peut vivre pleinement toutes ses dimensions, comme un bonsaï, son épanouissement naturel est freiné, détourné ou castré, et on arrive à ce que les sensations de l'existence deviennent douloureuses et insupportables. Ces limites nous provoquent une immunodéficience, nous mènent à des catastrophes, des ratages, des maladies corporelles, des déséquilibres psychologiques et des autodestructions, qui sont tous des manifestations symptomatiques, dans le langage métaphorique de l'inconscient, des traumatismes et abus en cause.

Le comportement toxique des parents est la répétition de ce qu'ils ont vécu eux-mêmes enfants ; la genèse de cette répétition vient d'événements familiaux qui se sont produits dans l'arbre généalogique ; tout l'arbre généalogique tourne autour du traumatisme.

Répétition des traumatismes = immunodéficience

Un enfant n'est jamais un bourreau, mais toujours une victime
Si nous nous sentons mal, c'est que nous avons été abusés.
La dépression, les angoisses et les phobies viennent des Abus aux 4 niveaux (sexuel, verbal, émotionnel et matériel)

8 TYPES DE COMPORTEMENTS TOXIQUES DES PARENTS


1 - LE REJET : se sentir sans valeurs
2 - LA DEVALORISATION : Les parents jugent et critiquent sans cesse l'enfant.
3 - l'INTIMIDATION : Physique ou verbale, effrayé ou menacé, l'enfant est terrorisé.
4 - L'ISOLEMENT : L'enfant n'a pas de contact en dehors de la famille, il n'a aucun contact social ou il est éloigné de l'un des parents, exemple : La mère éloigne l'enfant du père pour se l'approprier.
5 - CORRUPTION : L'enfant est mal socialisé, il est encouragé à adopter une attitude antisociale.
6 - EXPLOITATION : Utilisation de l'enfant.
7 - IGNORÉ : Abandon ou privation de tendresse.
8 - CAPRICIEUX/AMBIVALENT : Lorsque la Parole ou le Discours des parents est différent de ce qu'ils expriment véritablement.
L'enfant ne connaît pas de stabilité.


LA MEILLEURE FAÇON DE GARDER SES ENFANTS = LES TRAUMATISER


L'enfant soumis, le classique gentil, est le résultat de l'adulte hypocrite.
Les parents sont aliénants et étouffants, leurs amours sont fausses ; Si l'un des parents est toxique et que l'autre ne réagit pas, c'est qu'ils sont complices. L'enfant est pris dans une spirale dont il ne sait comment sortir, il exprime son angoisse par des colères, mais les parents y restent sourds ou en répriment les manifestations.

IL EST INTERDIT D'INTERDIRE DE DIRE NON


Les conséquences lorsque les parents interdisent la négation et sont toxiques :
LE REFOULEMENT : Provoque l'automutilation abus physique ou sexuel
L'ANOREXIE : L'alimentation
L'AGRESSIVITE : Dépressif Héroïne/cocaïne
TRES DETRUIT : L'alcool

Les parents toxiques développent chez l'enfant une personnalité servile, une perte d'identité, dont le résultat peut être le suicide ; ils ne comprennent pas du tout ce qui a pu générer la volonté chez l'enfant de vouloir se supprimer.

A la puberté, les parents interdisent à l'adolescent de devenir adulte ; il a un sentiment de culpabilité envers ses désirs. Il refuse de vivre sa sexualité ou la vit mal ; il se sent mauvais, et développe une névrose d'échec.

Plus tard, de peur de dévoiler un secret et violer un tabou, l'adulte n'ose pas exprimer ses sentiments à sa famille pour ne pas la détruire ; il se sacrifie à tout prix pour la conserver intacte, et refuse le passage à l'acte.
Il lance des appels au secours à son entourage, mais reste sourd aux réponses.

Même si on se ment à soi-même pour oublier ces abus et traumatismes du passé, ils sont toujours présents et continuent à influencer notre vie sans qu'on s'en aperçoive ; on se sent toujours coupable, et on continue notre programme familial d'autodestruction.

GUERIR = RECONNAITRE LES TRAUMATISMES, LES ABUS


La psychogénéalogie, c'est étudier et interpréter les événements de notre arbre généalogique, pour comprendre l'origine de nos difficultés, nos ratages, nos maladies et nos déséquilibres psychologiques. Exemple :

- autodestruction = On se tue au travail
- Ne pas vouloir d'enfant = refuser le père ou la mère.
- se casser le bras droit = colère contre le père.

Notre corporalité correspond à nous-mêmes,
Notre sexualité à nos parents,
Notre émotionnel à nos grands-parents car c'est comme ils ont été aimés par leurs propres parents que nos parents nous aiment,
Notre mental à nos arrière-grands-parents, la tradition, la morale

L'origine des traumatismes de l'arbre généalogique a pour racines plus profondes, les événements historiques et socioculturels.
- Les guerres, les dictatures, les diasporas, les courants de pensée, les philosophies.
Exemple : Le romantisme du XIXème siècle a profondément sali nos relations émotionnelles. Encore aujourd'hui, beaucoup de gens sont dans une demande d'amour continuelle et vivent des relations névrotiques.

- Les mauvaises interprétations des livres sacrés comme :
les Upanishads de l'Inde, la Thora des Juifs, les Evangiles des Chrétiens et le Coran des Musulmans.
Exemple :
la conception du pêché originel qui est cause de tout l'anti-féminisme.

- Les vieilles affirmations erronées comme la croyance du mal en l'Homme 1

Tout le monde est malade dans notre société parce qu'on ne nous transmet pas que la pensé humaine a trouvé depuis longtemps le principe de thérapie, la possibilité de recadrer son existence, de ne pas rester éternellement coincé dans des situations qui nous détruisent.
On ne peut arriver à la conscience et au plaisir de l'existence qu'en quittant ces vieilles personnalités dans lesquelles on reste figé (non au changement) afin de revenir à soi-même.
Et c'est là qu'une nouvelle vie commence.

haut de page