Accueil  > santé > Santé psychologique > Psychogénéalogie

Introduction à la
Psychogénéalogie





8 juin 2007
Prélude

J'ai étudié la psychogénéalogie avec Alexandro Jodorowsky, et je l'ai appliquée à moi-même (voir mon parcours)
Si d'autres personnes ont parallèlement étudié et travaillé sur cette thérapie, c'est A. Jodorowsky qui l'a développée et portée au plus haut niveau, particulièrement pour la profonde honnêteté et l'attention bienveillante avec laquelle le thérapeute doit traiter la personne, base essentielle que beaucoup de soi-disant psychogénéalogistes ne pratiquent pas, comme une ancienne élève dont j'avais retrouvé la trace sur l'internet, à côté de laquelle j'étais parfois assis au cours, et qui ne citait même pas A. Jodorowsky dans son parcours ( L.... T.... pour ne pas la nommer, son site est vide quand je mets cette page à jour) ; donc attention aux escrocs.
On peut retrouver toute la profondeur du travail d'Alexandro Jodorowsky sur la psychogénéalogie dans son roman « L'arbre du dieu pendu » et sa suite « L'enfant du jeudi noir », et dans son film "Santa sangre"

Ce que tu vas lire ensuite, n'est pas un cours de psychogénéalogie, mais le survol des évènements psycho-historico-socio-culturels, genèse de nos traumatismes, dont elle est l'anticorps et la réponse immunitaire naturelle de l'humanité souffrante.

Pour faire ton arbre, prendre des cours ou faire des stages, voir sur le site de Barbara


Un entretien dans lequel Alexandro explique lui-même SA psychogénéalogie sur www.psy-spi.com

Rencontre avec Alexandro à propos de l'Arbre psycho-généalogique sur Université de Foulosophie

haut de page


Introduction
à la psychogénéalogie

Après ces milliards d'années d'évolution, la vie est la forme la plus évoluée et la plus complexe que l'univers ait produit ; la vie est la crème de la crème de l'univers, la cerise sur le gâteau, et nous en sommes une des manifestations.
L'univers t'a produit, tu es une manifestation de la vie unique, qui ne s'est jamais produite auparavant, et qui ne se reproduira plus jamais après toi ; donc si tu es là, c'est pour quelque chose, ton existence fait partie de cet incroyable et incommensurable mécanisme cosmique. Si tu n'étais pas là, l'univers ne serait pas pareil, il n'aurait pas la même forme.
Nous sommes nés des étoiles, nous sommes donc consubstantiels au cosmos.
Mais nous ne sommes pas un morceau de ce cosmos comme un morceau de photographie, nous sommes une individualité qui en contient toute la structure et l'essence, comme un morceau d'hologramme en contient encore toute l'image (l'hologramme ayant cette particularité extraordinaire qu'on peut couper un morceau qui à lui seul restituera l'image intégrale) ; et cette individualité vibre des sensations que nous avons de notre existence et de son identité cosmique.
De plus, la différence entre les autres êtres vivants et l'être humain, c'est que le niveau de complexité qu'a atteint notre cerveau et sa dimension spirituelle évoluée lui permettent d'être conscient de cette consubstantialité cosmique.
Mais cette conscience ne nous vient pas naturellement, si elle ne nous est transmise générationellement.
Par exemple : l'être humain a un cerveau et des organes vocaux (innés) capables de développer la parole, mais seulement si le langage (acquis) lui est transmis par des adultes qui se communiquent avec lui. L'épanouissement de l'inné, dépend du façonnage par l'acquis ; l'être humain est générationel.

Les sensations que nous avons de notre existence, et tout ce que nous ressentons ou exprimons par nos langages corporels, sexuels, émotionnels et mentaux, dépendent entièrement de la façon dont cette conscience nous a été transmise par les adultes qui nous ont accompagnés depuis notre Zygote.
Quand ces adultes sont sains et équilibrés, on arrive à la joie de l'existence, à l'euphorie de la vie, c'est le paradis ;
mais quand ces adultes sont malades et déséquilibrés, alors la transmission de la conscience est oubliée, voilée, obscurcie, déformée ou niée, la famille devient un lieu d'angoisse, c'est l'enfer.
L'adulte adopte un comportement toxique qui dépasse les capacités de compréhension de l'enfant, abuse de sa fragilité naturelle et lui provoque des traumatismes, des limites, des défenses et des dévaluations.

haut de page


Limites Défenses Dévaluations

MentalIdées folles, non pouvoir de l'esprit
ÉmotionnelRancune, non au sublime
SexuelRefoulement, non à créer
CorporelLimite à l'action, rigidité
SpatialSe limiter, non à l'infini
TemporelÉcourter, non à l'éternité
ConscienceSuperficialité, non à la totalité
VieHabitudes, non au changement
DivinitéManque de foi, non aux miracles
Moi-EgoPossession, territoire, non à l'impersonnel


L'enfant traumatisé est coupé de lui-même, il ne peut vivre pleinement toutes ses dimensions, comme un bonsaï, son épanouissement naturel est freiné, détourné ou castré, et on arrive à ce que les sensations de l'existence deviennent douloureuses et insupportables. Ces limites nous provoquent une immunodéficience, nous mènent à des catastrophes, des ratages, des maladies corporelles, des déséquilibres psychologiques et des autodestructions, qui sont tous des manifestations symptomatiques, dans le langage métaphorique de l'inconscient, des traumatismes et abus en cause.

Le comportement toxique des parents est la répétition de ce qu'ils ont vécu eux-mêmes enfants ; la genèse de cette répétition vient d'événements familiaux qui se sont produits dans l'arbre généalogique ; tout l'arbre généalogique tourne autour du traumatisme.

Répétition des traumatismes = immunodéficience

Un enfant n'est jamais un bourreau, mais toujours une victime
Si nous nous sentons mal, c'est que nous avons été abusés.
La dépression, les angoisses et les phobies viennent des Abus aux 4 niveaux (sexuel, verbal, émotionnel et matériel)

8 TYPES DE COMPORTEMENTS TOXIQUES DES PARENTS


1 - LE REJET : se sentir sans valeurs
2 - LA DEVALORISATION : Les parents jugent et critiquent sans cesse l'enfant.
3 - l'INTIMIDATION : Physique ou verbale, effrayé ou menacé, l'enfant est terrorisé.
4 - L'ISOLEMENT : L'enfant n'a pas de contact en dehors de la famille, il n'a aucun contact social ou il est éloigné de l'un des parents, exemple : La mère éloigne l'enfant du père pour se l'approprier.
5 - CORRUPTION : L'enfant est mal socialisé, il est encouragé à adopter une attitude antisociale.
6 - EXPLOITATION : Utilisation de l'enfant.
7 - IGNORÉ : Abandon ou privation de tendresse.
8 - CAPRICIEUX/AMBIVALENT : Lorsque la Parole ou le Discours des parents est différent de ce qu'ils expriment véritablement.
L'enfant ne connaît pas de stabilité.


LA MEILLEURE FAÇON DE GARDER SES ENFANTS = LES TRAUMATISER


L'enfant soumis, le classique gentil, est le résultat de l'adulte hypocrite.
Les parents sont aliénants et étouffants, leurs amours sont fausses ; Si l'un des parents est toxique et que l'autre ne réagit pas, c'est qu'ils sont complices. L'enfant est pris dans une spirale dont il ne sait comment sortir, il exprime son angoisse par des colères, mais les parents y restent sourds ou en répriment les manifestations.

IL EST INTERDIT D'INTERDIRE DE DIRE NON


Les conséquences lorsque les parents interdisent la négation et sont toxiques :
LE REFOULEMENT : Provoque l'automutilation abus physique ou sexuel
L'ANOREXIE : L'alimentation
L'AGRESSIVITE : Dépressif Héroïne/cocaïne
TRES DETRUIT : L'alcool

Les parents toxiques développent chez l'enfant une personnalité servile, une perte d'identité, dont le résultat peut être le suicide ; ils ne comprennent pas du tout ce qui a pu générer la volonté chez l'enfant de vouloir se supprimer.

A la puberté, les parents interdisent à l'adolescent de devenir adulte ; il a un sentiment de culpabilité envers ses désirs. Il refuse de vivre sa sexualité ou la vit mal ; il se sent mauvais, et développe une névrose d'échec.

Plus tard, de peur de dévoiler un secret et violer un tabou, l'adulte n'ose pas exprimer ses sentiments à sa famille pour ne pas la détruire ; il se sacrifie à tout prix pour la conserver intacte, et refuse le passage à l'acte.
Il lance des appels au secours à son entourage, mais reste sourd aux réponses.

Même si on se ment à soi-même pour oublier ces abus et traumatismes du passé, ils sont toujours présents et continuent à influencer notre vie sans qu'on s'en aperçoive ; on se sent toujours coupable, et on continue notre programme familial d'autodestruction.

GUERIR = RECONNAITRE LES TRAUMATISMES, LES ABUS


La psychogénéalogie, c'est étudier et interpréter les événements de notre arbre généalogique, pour comprendre l'origine de nos difficultés, nos ratages, nos maladies et nos déséquilibres psychologiques. Exemple :

- autodestruction = On se tue au travail
- Ne pas vouloir d'enfant = refuser le père ou la mère.
- se casser le bras droit = colère contre le père.

Notre corporalité correspond à nous-mêmes,
Notre sexualité à nos parents,
Notre émotionnel à nos grands-parents car c'est comme ils ont été aimés par leurs propres parents que nos parents nous aiment,
Notre mental à nos arrière-grands-parents, la tradition, la morale

L'origine des traumatismes de l'arbre généalogique a pour racines plus profondes, les événements historiques et socioculturels.
- Les guerres, les dictatures, les diasporas, les courants de pensée, les philosophies.
Exemple : Le romantisme du XIXème siècle a profondément sali nos relations émotionnelles. Encore aujourd'hui, beaucoup de gens sont dans une demande d'amour continuelle et vivent des relations névrotiques.

- Les mauvaises interprétations des livres sacrés comme :
les Upanishads de l'Inde, la Thora des Juifs, les Evangiles des Chrétiens et le Coran des Musulmans.
Exemple :
la conception du pêché originel qui est cause de tout l'anti-féminisme.

- Les vieilles affirmations erronées comme la croyance du mal en l'Homme 1

Tout le monde est malade dans notre société parce qu'on ne nous transmet pas que la pensé humaine a trouvé depuis longtemps le principe de thérapie, la possibilité de recadrer son existence, de ne pas rester éternellement coincé dans des situations qui nous détruisent.
On ne peut arriver à la conscience et au plaisir de l'existence qu'en quittant ces vieilles personnalités dans lesquelles on reste figé (non au changement) afin de revenir à soi-même.
Et c'est là qu'une nouvelle vie commence.

haut de page


Origine de l'inefficacité de la psychanalyse

Après avoir entendu les témoignages de ses patients concernant les abus sexuels qu'ils avaient subis, et avoir lu les livres de Tardieu (études médico-légales sur les attentats aux mœurs 2 ), de Brouardel (Les attentats aux mœurs 3 ) et de Paul Bernard (Des attentats à la pudeur sur les petites filles), Freud a adopté la théorie de Charcot qui considère que les maladies mentales viennent de traumatismes enfantins provoqués par le comportement toxique des adultes.
En avril 1896, il donne une conférence à Vienne dans laquelle il utilise les termes « viol », « abus », « attaque », « agression », « traumatisme » « séduction » ; l'accueil fut glacial, on lui conseilla de ne pas publier ce texte, il venait de « troubler le sommeil du monde » (sic Freud), de mettre à jour des non-dit, il se retrouva seul, ostracisé (ostracisme : bannissement d'un citoyen devenu suspect).
Plus tard, Freud renie sa théorie disant que les scènes traumatisantes ne sont que des fantasmes imaginés par les patients. 4

L'humanité est toujours endormie. Tant que la psychanalyse reste avec cette vieille théorie éculée, elle sera inefficace.

haut de page


Postlude

Une camarade élevée par sa grand-mère pendant plusieurs années, et faisant lit commun avec elle, m'a confié que tous les soirs avant de se coucher, elle lui disait :
"Peut-être que demain matin tu me trouveras morte dans le lit"

Un traumatisme ne vient pas d'un événement isolé de l'enfance, c'est le produit de la répétition jour après jour, petit à petit, d'un comportement toxique et sournois des parents qui peut paraître anodin à première vue.
Les enfants ne sont jamais des bourreaux, toujours des victimes.
Dans notre société moderne, civilisée, industrialisée, informatisée, internetisée, les enfants sont toujours et encore maltraités et abusés dans les foyers car les parents névrotiques se vengent de ce qu'on leur a fait tout petits.
Pour beaucoup de choses il est nécessaire d'avoir des permis, des certificats d'aptitude et des diplômes mais toujours pas pour avoir des enfants.
Or, tous les conflits mondiaux et les guerres viennent de ces traumatismes psychologiques faits aux enfants.
Notre devoir d'adultes conscients est de dénoncer ces comportements.

Tout ce que l'enfant reçoit actuellement dans notre civilisation à travers les parents, ne sont que beaucoup de médiocrité et de vieux concepts dogmatiques qui ne lui révèlent pas ses immenses capacités, lui sont toxiques et réducteurs. Nous sommes des clochards spirituels car à d'autres époques anciennes, la pensée humaine avait déjà découvert beaucoup de choses qui ne nous sont plus transmises à la hauteur de l'esprit de ceux qui les ont enseignées au début.

Pourtant, les scientifiques aujourd'hui ont l'esprit très développé et peuvent atteindre des niveaux de pensée proche de la beauté mystique. Certains dénoncent qu'on enseigne encore dans les écoles primaires la géométrie euclidienne qui se base sur l'idée de l'espace plat qui est une théorie complètement dépassée depuis la relativité d'Einstein qui dit que l'espace est courbe.

Pour s'en sortir il faut désobéir à la société établie et arrêter de ne pas dire.

A l'Abribus la mère parlait sans arrêt avec une copine «et bla bla bla... ».
L'enfant (dix ans) jouait à regarder le plan et sans se retourner appelle :
« MAMAN, MAMAN !
...
MAMAN, MAMAN !
- Quoi, tu vois bien que je suis en train de parler !
- Mais justement Maman, c'est ce que j'essaye de te faire comprendre, tu parles trop et tu ne t'intéresses pas à moi »
En fait l'enfant n'a pas répondu cela, il n'aurait jamais osé, mais c'est ce qu'il devait ressentir et c'est ce que j'aurai pu dire à sa place.
Un des pièges psychologiques dont il est le plus difficile de s'échapper c'est que bien qu'ils nous aient fait souffrir parce qu'eux mêmes ont souffert, les parents aiment garder une certaine fierté, une immunité, une infaillibilité et nous interdisent d'exprimer nos sentiments pour sauver la face, pour que l'image qu'on donne aux autres soit toujours parfaite.

IL EST INTERDIT D'INTERDIRE DE DIRE


C'est quand même nos parents qui sont les premières personnes avec qui on devrait pouvoir communiquer facilement dans la mesure ou ils devraient être disponibles pour nous écouter sans nous juger ni nous critiquer.
Mais les parents nous demandent de ne pas dire, de ne pas mettre à jour les choses gênantes et sont prêts pour ça, à acheter notre silence.

Faire des cadeaux aux enfants à Noël, c'est acheter leur silence pour qu'ils ne se plaignent pas de ce que tout le reste de l'année, les parents les traitent comme des chiens pour se venger de ce qu'ils ont eux-mêmes subit étant enfants.

Si on ne désobéit pas en exprimant ses sentiments, on rate toujours tout dans la vie, on reste bloqué, on arrive jamais à aimer quelqu'un d'autre parce que les parents nous demandent de les aimer eux seuls, on reste lié à ce cordon et on reste enfantin toute sa vie, et on ne comprend pas pourquoi rien ne marche, et on tourne en rond autour de soi-même absorbé comme dans un trou noir par la préoccupation de n'avoir toujours pas encore exprimé ses sentiments.

Que les enfants parlent par nos bouches d'adultes :


«Nous ne sommes pas là pour tout le temps ménager nos parents.
On en a marre d'être tout le temps les souffre-douleur des adultes enfantins déséquilibrés ; on en a marre d'être traité comme des esclaves, de toujours devoir obéir bêtement comme des petits chien-chiens à sa mémère, de devoir toujours répéter ce qu'ils ont vécu ou réalisé ce qu'ils ont loupé pour satisfaire leur fierté, de devoir répondre à leurs expectatives et organiser notre vie en fonction de ce qu'ils sont ou de ce qu'ils ne sont pas, de ce qu'ils croient, de leur limites spirituelles ; on voudrait qu'ils arrêtent de nous mêler toujours à leurs problèmes d'adultes, qu'on nous foute la paix avec toutes ces conneries du passé qui ne nous concernent pas ; on voudrait pouvoir avancer avec l'humanité et participer avec joie et plaisir, au plan divin cosmique, c'est à dire préparer l'humanité à partir peupler l'univers, pour que l'humanité vive aussi longtemps que l'univers et pour qu'elle devienne la conscience de l'univers, merde à la fin ! ».

haut de page


Le génie de l'être et l'interdit de voir http://www.regardconscient.net/

Étude médico-légale sur les attentats aux moeurs (3e édition)

http://www.regardconscient.net/archives/0203realinceste.html

Résumé tiré de 4 pages (19 à 22) du livre de Jean Côté « La thérapie par le tunnel » aux éditions Carte Blanche

URL courte de cette page : http://urlc.fr/1gcK8F

haut de page